Lancement d’une nouvelle fusée russe

La fusée Proton-M a décollé du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan

Oublié l’échec retentissant de mai dernier.
La Russie a réussi à lancer dans la nuit de samedi 27 au dimanche 28 septembre 2014 une fusée Proton (57 mètres de haut, 700 tonnes) qui a mis sur orbite un satellite, premier succès pour ce lanceur.
La fusée Proton-M a décollé du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan à 00H23 heure de Moscou (20H23 GMT samedi), emportant dans l’espace un satellite russe de communications.
A 09H26 heure de Moscou (05H26 GMT), le satellite s’est séparé du lanceur et a été mis sur orbite.
La Russie avait suspendu les lancements de Proton-M après qu’une fusée a échoué le 16 mai à mettre sur orbite un satellite de télécommunication construit pour la Russie par Airbus Defence and Space
Le lanceur Proton a permis à la Russie de gagner des millions de dollars chaque année en envoyant dans l’espace des satellites occidentaux ou asiatiques.
Mais la version améliorée Proton-M a rencontré une série de problèmes techniques qui ont mis à mal la réputation de la Russie, jusqu’ici considérée comme fiable et comme offrant une alternative moins chère aux fusées américaines et européennes.

Les tuyères de la fusée Proton M

La fusée Proton (Прото́н) (initialement UR-500) est un lanceur lourd russe capable de placer une charge utile de 22 tonnes en orbite basse et plus de quatre tonnes en orbite géostationnaire. Développé au début des années 1960 le premier tir réussi a lieu en 1965.
Depuis sa conception 362 Proton ont été lancées et la fusée reste aujourd’hui le principal lanceur lourd russe.
Au départ missile balistique intercontinental militaire, capable d’emporter une tête nucléaire de 100 mégatonnes sur une distance de plus de 12 000 km
Il est rapidement reconverti en lanceur spatial pour le programme lunaire habité soviétique.

29 septembre 2014
//www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense
//www.sciencesetavenir.fr/espace/20140929.OBS0559/lancement-enfin-reussi-pour-une-fusee-proton-m.html